Notre projet et son évolution

Je vous propose de découvrir notre projet par une Interview de Jaques Ebee réalisée par l'équipe de la mission 2014 :

Capture d e cran 2015 01 24 a 14 02 08

Jaques Ebee : Habitant du village de Ma’an IV et proviseur d’une de nos écoles partenaires, il est notre contact privilégié au Cameroun. C’est avec lui que, depuis 1999, nous montons des projets dans les domaines de l’agriculture, de l’éducation et de la santé. En 2006, bien qu’enseignant de formation, il a pris la direction de la coopérative agricole Azoé-Momo, financée par Horizon Cameroun.

Tous les ans c’est lui qui reçoit l’équipe Horizon Cameroun et qui l’accompagne à la rencontre des différents partenaires.

Pouvez-vous nous parler du début du projet sur place?

Au début l’urgence était de remettre sur pied l’école catholique, la première année, l'équipe a donc ramené 4000 euros, ce n’était pas suffisant pour remettre en état toute l’école, mais c’était déjà beaucoup. Je suis alors allé voir les habitants pour les sensibiliser, pour qu’ils viennent contribuer, dans les matériaux et aussi dans l'effort. Les six premières années du projet (2001-2007) ont donc servi uniquement dans ce but et permettent maintenant de scolariser de nombreux élèves.

Mais malgré la remise en état, un problème est rapidement apparu : comment les élèves pouvaient apprendre sans crayon et sans cahier? Nous avons donc contacté une personne à l’ambassade de France qui convoyait gratuitement les fournitures vers les pays dans le besoin. Horizon Cameroun a pu envoyer des fournitures mais aussi de quoi organiser des activités pour les jeunes des villages.

 

Comment le projet s'est diversifié à l'agriculture via la coopérative agricole?

Après les premières années du projet, j’ai réfléchi aux changements apportés. Je me suis dit que ce n’était pas possible de continuer à vouloir éduquer les enfants sans améliorer les revenus des parents. Afin qu’ils puissent payer les fournitures et envoyer leurs enfants à l’école dès septembre, l’idée d'améliorer les récoltes avec des capsides/fongicides est apparue.
Ainsi, sans abandonner le projet original de l'association, nous nous sommes donc tournés vers un système qui permettrait aux planteurs de se fournir en produits pour combattre la pourriture brune qui ravage les plantations. La coopérative a donc vu le jour en 2008 grâce à l’argent apporté précédemment par Horizon Cameroun et par les anciens de l'association Fèves d'Avenir. Au début, 200 planteurs autour de mon village (Ma’an IV) ont été intégrés à la coopérative, nous l’avons appelée Azoé Momo, ce qui veut dire “adieu la misère”. Cette coopérative bénéficie aujourd’hui à 1800 planteurs. Elle leur procure des engrais à un prix plus bas, et leur accorde des micro-crédits si nécessaire. Du matériel peut aussi leur être loué et ils peuvent recevoir des formations. Tout cela permet d’améliorer les rendements de leurs champs et donc leurs revenus pour mieux faire face aux coûts de scolarisation de leurs enfants.

 

Jacques Ebee

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×